Coudre un masque de protection en tissu

Coudre un masque de protection en tissu

COUDRE UN MASQUE DE PROTECTION EN TISSU

Bonjour les Futé.e.s du Quotidien !

matériel pour coudre un masque de protection en tissu
matériel pour coudre un masque de protection en tissu triple épaisseur

Dimanche 22 mars 2020. Je réalise que nous sommes au printemps depuis vendredi ! Depuis quelques jours, nous vivons, de façon collective, une période assez… particulière. Ce changement de saison était passé au moins au second plan, plutôt au centième !

Dans cet article, je vous explique comment coudre facilement un masque de protection type chirurgical en tissu. Selon la nouvelle définition de ces masques barrière alternatifs, il s’agit d’un masque à usage non sanitaire, par opposition aux masques des soignants qui sont des masques chirurgicaux et les masques FFP2.

Masque barrière en tissu, à plis + mes petites touches personnelles 😉 :

  • les plis sont symétriques vers le haut et le bas : plus simples à réaliser qu’une série de plis qui se succèdent dans un sens.
  • les plis les externes permettent de créer un petit rabat à quelques centimètres des bords externes, pour créer une loge pour le nez (ce que j’appelle “fronce de chaque côté du nez” dans la fiche) et une loge pour le menton.
  • pour plus d’étanchéité au niveau des joues : les plis sont fixés à quelques centimètres des bords externes.

Résultat : masque très confortable tout en étant relativement étanche. Ainsi, on le garde facilement sans avoir à le repositionner et en gardant une respiration relativement aisée (mais qui bien sûr ne sera jamais aussi facile que sans masque, à moins d’avoir un masque très fin – bof – ou d’avoir beaucoup de fuites tout autour – rebof). Je vous le propose en deux variantes : double ou triple épaisseur.

Patrons pour coudre un masque de protection en tissu

Ci-dessous, vous accédez directement aux fiches pratiques pour coudre un masque de protection en tissu, type chirurgical :

Comment coudre un masque en tissu double épaisseur

Cette fiche décrit comment fabriquer facilement un masque en tissu double épaisseur, dans quels cas l’utiliser et comment le manipuler et l’entretenir.

  • modèle pour coudre un MASQUE DE PROTECTION EN TISSU TRIPLE ÉPAISSEUR (tissu + renfort) : fiche en cours d’élaboration

Vous trouverez d’autres modèles sur le net ainsi que de nombreux tutoriels. Toutefois, certains critères sont à prendre en compte : type et qualité du tissu, type de patron. L’AFNOR (Association Française de NORmalisation), dans un référentiel de fabrication de masques dits “masques barrières” du 27 mars 2020, déconseille les modèles avec une couture verticale le long du nez et de la bouche. Ce guide fournit de précieuses informations pour confectionner un masque anti-gouttelettes : choix des matières, en une couche ou en combinaison “multicouche”, forme et patron, entretien, façon de le porter, etc. Des tutoriels sont déjà disponibles selon le référentiel AFNOR.

“AFNOR Spec – Masques barrières”.

AFNOR met à disposition de tous un référentiel de fabrication de masques, dit « masques barrières ». Pensé pour les néofabricants de masques et les particuliers, il permet de concevoir un masque destiné à équiper toute la population saine et complète la panoplie des indispensables gestes barrières face à l’épidémie de Coronavirus.

Ce document est disponible en accès gratuit, uniquement sur inscription afin de pouvoir disposer des mises à jour. Vous pouvez le demander sur le lien suivant : https://www.afnor.org/actualites/coronavirus-telechargez-le-modele-de-masque-barriere/

Les points majeurs d’un bon masque de protection comme barrière anti-gouttelettes (masque anti-projection à usage non sanitaire) :

Mise à jour du 06 avril 2020 (suite à la parution du référentiel “Masques barrière” AFNOR SPEC S76-001, version 1.0, AFNOR, 27 mars 2020) :

  • relativement étanche autour du trio nez/bouche/menton
  • patron sans couture verticale le long du nez et de la bouche
  • mailles serrées
  • lavable à 60°C (durée recommandée de lavage à 60°C : 30 minutes…)
  • bonne respirabilité : il est en effet important de respirer au maximum par le masque (même si ce n’est pas l’effet filtrant qui est recherché en priorité). S’il est trop épais, si vous ne parviendrez pas à respirer convenablement à travers les épaisseurs du masque. Conséquences :
    • cela vous fatiguera
    • vous chercherez de l’air en tirant sur le masque, en le repositionnant, ou pire, en le baissant sous le nez comme on le voit parfois !
    • l’air entrera et ressortira par les “fuites” du masque
  • protection vis à vis des projections (jusqu’à 3 microns)

J’ajouterai que le masque doit être agréable à porter, il doit “s’oublier”. En particulier si vous portez des lunettes, il est important de choisir un modèle à votre taille et qui ne génère pas de buée.

Par ailleurs, il est tentant de vouloir utiliser des matériaux que l’on juge filtrants. Attention toutefois à ce qu’ils ne relarguent pas des substances chimiques ou de fines particules qui se retrouveront dans vos poumons.

Dans son référentiel sur les “Masques barrière – AFNOR SPEC 276-001”, l’AFNOR donne une liste de matériaux recommandés pour la confection d’un masque barrière. Pour un particulier, voici les combinaisons les plus adaptées :

  • masque en 2 couches de “tissé”: 2 tissus en coton popeline “120 fils” à coudre selon le modèle “à plis”. Mais “120 fils”, à quoi cela correspond-il ? Selon certains spécialistes du textile, il manque une information (120 fils / cm ?).
  • masque en 2 couches de “non-tissé : 2 non-tissés en polypropylène 60 g/m2
  • masque en 3 couches : 2 couches de tissu de coton 150 g/m2 + 1 couche intermédiaire en viscose 130 g/m2

Pourquoi coudre un masque de protection en tissu

Mais au fait, pourquoi coudre un masque de protection en tissu ? Pour se protéger de quoi ?

Pour ses travaux à la maison qui engendrent de la poussière… oui, mais pas que. Aussi (et surtout, en ce moment) pour faire face à l’épidémie de coronavirus de ce début d’année 2020.

Pour celles et ceux qui liraient cet article longtemps après la crise sanitaire que nous vivons actuellement, un petit rappel de la situation, en quelques mots : pour faire face à la progression de l’épidémie de coronavirus COVID-19, l’Etat a imposé en France un confinement général à la population depuis une semaine (16 mars 2020). En plus de certaines mesures que vous pourrez retrouver sur ce lien.

Rappel des mesures barrière du gouvernement

A l’heure où j’écris cet article le gouvernement demande à tous les mesures suivantes, extraites du site gouvernement.fr, page Informations Coronavirus / Consignes sanitaires :

“Face aux infections, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

Se laver les mains très régulièrement

Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir

Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades

Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter

Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts”

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus#consignes?xtor=AD-4

Le masque de protection en plus

Comme un nombre croissant de professionnels de la santé, je pense que le port d’un masque est un moyen supplémentaire accessible et efficace pour limiter la progression de l’épidémie, même si vous n’êtes pas malades COVID-19 et même si vous ne présentez pas de signes cliniques évocateurs de cette maladie car vous pouvez être contagieux sans le savoir (porteurs sains ou en période d’incubation). Mais assorti de recommandations précises sur la façon de porter et de manipuler le masque, pour qu’il ne soit pas une source de contamination, ce qui serait un comble ! Je détaille tout cela sur mon site dédié à la Réflexologie et à d’autres techniques naturelles de bien-être et de soins : https://autourdelareflexologie.com/blog/

Pour lire l’article “5 bonnes raisons de porter un masque contre le coronavirus”, cliquez ici.

Pour lire l’article “Bien porter et manipuler un masque de protection”, cliquez ici.

N’hésitez pas à revenir sur ces articles et les suivants, je les mets à jour régulièrement.

Plusieurs masques par personne et par jour

En effet, une fois le masque placé sur le visage, il est à considérer comme souillé donc à ne pas réutiliser en l’état :

  • Vous toussez, éternuez, vous avez besoin de vous moucher, de boire, de manger, il vous semble humide, vous avez été en contact étroit avec une personne qui ne portait pas de masque et qui a éternué, toussé ou vous a parlé à moins d’un mètre : changez de masque > vous enlevez le masque, vous vous lavez les mains et vous en mettez un autre.
  • Vous portez un masque depuis 4 heures : changez de masque (même si, compte tenu de la pénurie de masques, cette durée est parfois un peu étendue).
  • Besoin de manipuler le masque pour le replacer : lavez-vous les mains, replacez-le correctement et relavez-vous immédiatement les mains.

Combien de masques par jour ?

Il faut donc compter un minimum de 10 masques par personne et par jour pour qu’il soit utilisé correctement. Sans doute moins, mais cette marge permet de ne pas être tenté d’économiser les masques, avec un risque de contamination.

Mise à jour du 06 avril 2020 : à l’usage, effectivement, 2 à 4 masques par jour sont suffisants. D’autant plus qu’il est peu probable que vous ayez à en porter tout au long de la journée. Rappelons qu’il s’agit de masques barrière, alternatifs au masque chirurgical, pour un usage non sanitaire selon la nouvelle catégorie de masques définie le 24 mars 2020 par le Gouvernement.

3 masques par personne et par jour en moyenne… cela fait beaucoup. Beaucoup à produire, beaucoup à éliminer pour la planète. En milieu hospitalier et para-médical, il semble logique, si le nombre de masques le permet, de rester sur de l’usage unique c’est à dire de jeter le masque immédiatement après son retrait. Sans doute aussi pour d’autres catégories de professionnels pour lesquels la logistique de réutilisation peut être compliquée (pompier ou policier en intervention par exemple).

Vers une réutilisation des masques ?

kit journée : masques en tissu, gel hydro-alcoolique, sacs poubelle, sac tissu de transport

Pour le grand public, soyons pragmatiques, ne vaut-il pas mieux expliquer les mesures d’hygiène à respecter avec un masque réutilisable lavable ? Est-ce bien différent des mesures drastiques à prendre en cas d’épidémie de gastro-entérite, ou face à d’autres maladies contagieuses ? Ce n’est pas à moi de répondre sur ce point… mais vous vous doutez de mon avis.

Voilà, vous savez maintenant comment coudre un masque de protection en tissu. Dites-moi dans les commentaires si cela vous a aidé ou si vous avez besoin de plus d’informations. Est-ce qu’une vidéo vous utile pour voir plus en détails les différentes étapes ?

Partagez 🙂 !

Postez vos réalisations sur vos pages Facebook, partagez ces informations pour protéger le plus grand nombre !

A bientôt, portez-vous bien, prenez soin de vous et de vos proches 😉

J’invite toujours chacun.e à garder son sens critique, car nul ne peut se prévaloir de détenir toute la vérité.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réactions au sujet de « Coudre un masque de protection en tissu »

    1. Merci Véb ! As-tu déjà essayé un modèle ? Le lien vers le document pdf de mon modèle ne fonctionnait pas, je l’ai réactivé.
      Superbe ton nouveau blog (j’aimais déjà l’autre ;)). Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.